Vous êtes enseignant, étudiant ou jeune diplômé arrondissez vos fins du mois avec le partenariat u-boox



Partager la correction de cet exercice avec vos camarades !

Exercice de Sciences de la Vie et de la Terre :
fréquences alléliques pool génétique et sélection naturelle

Dans une population panmictique, les fréquences alléliques se maintiennent constantes. Il n'y a que les migrations et la sélection naturelle qui peuvent intervenir soit pour les accentuer, soit pour les diminuer.

a) De quelle manière les migrations diminuent-elles les fréquences alléliques? b) Qu'appelle-t-on pool génétique d'une population?

c) En quoi consiste la sélection naturelle?

d) Citez quelques exemples de facteurs écologiques sélectifs. .

e) De quelle manière la sélection naturelle accentue-t-elle les différences allé¬liques ?

f) Expliquez, pour quelle raison, on dit que l'équilibre des mutations et la sélection naturelle jouent en faveur de la survie d'une espèce.

Exercice tiré de la COLLECTION ESPACE sciences de la vie et de la Terre Tle D

CORRECTION Proposée par Foumtum Simeon : Professeur des lycées d'enseignement général

a) L'entrée des individus étrangers dans une population panmictique par le tru¬chement de mariages apporte de nouveaux allèles. Le pool de gènes de chacune des deux populations s'enrichit mais inversement, les différences alléliques entre les pools des deux populations s'amoindrissent ou diminuent.

b) Pour une population sexuellement isolée, le pool de gènes est l'ensemble des gènes avec leurs allèles que partagent les individus de cette population de génération en génération.

c) C'est quand des facteurs écologiques (c'est-à-dire: climatiques, édaphiques et biotiques) d'un milieu dans lequel vit une population exercent sur les individus une pression tendant à favoriser les plus résistant et à éliminer les plus faibles. On parle de pression sélective ou de sélection naturelle.

Exp. : Dans les zones arides ne survivent que les individus aptes à la sécheresse. Ils se multiplient entre eux de génération en génération.

d) Ce sont les facteurs physico-chimiques du milieu tels que la température, l'ensoleillement et les facteurs biotiques tels que les prédations et les parasitismes.

NB. : Les prédateurs et les parasites identifient (ou reconnaissent) leurs proies ou leurs hôtes par certains caractères allélomorphes, morphologie, odeur, son émis, couleur, etc. Plus ils sont reconnus plus ils sont menaces (parasites). Ceux qui ne présentent pas ces caractères survivent et se reproduisent plus vite sans danger.

e) Pour deux mêmes populations voisines aux conditions de milieu différentes (exp: trop de lumière dans l'un et peu dans l'autre), les allèles de l'ensemble des gènes A sont favorisés dans la 1ère population et défavorisés dans la 2e. Il en est de même de l'ensemble des allèles des gènes B favorisés dans la 2e population et défavorisés dans la 1ère. A la longue, après plusieurs années, on observe une grande différence alléliques dans les deux sous populations: on parle de divergence génétique.

Exp. : Au départ, certains groupements animaux ou végétaux formaient une même population, le (ou les) facteur (s) écologique (s) intervenant, ces groupements se sont divisés en deux sous populations.

f) Les mutations et les croisements avec d'autres populations augmentent le nombre d'allèles. La sélection naturelle vient ensuite fixer les allèles les plus aptes aux conditions du milieu en éliminant les plus faibles. L'espèce survit, même si elle a subit quelques modifications.

Exp. : Depuis près de 1,6 million d'années que l'espèce humaine existe, elle n'a subit que de modifications successives jusqu'à nos jours, mais elle est restée la même espèce avec le même caryotype (2n = 46), il en est de même pour d'autres espèces.

cm
me

uboox-liens